:: aperçu :: Maison d’enfants de Gaïkhur

Situé à flanc de colline, au coeur de la région de Gorkha, le centre de Gaïkhur accueille une douzaine d’enfants. Ancien centre des impôts durant la période coloniale, la maison de briques rouges appartient aujourd’hui à une famille népalaise. Faute de pouvoir l’occuper, elle a souhaité y développer une activité sociale. Elle a ainsi alloué à l’association Thanaka le rez de chaussée et le premier étage.

Le centre est géré par Thuli Kanchi et Madhu.

Pour se tenir informé de l'état d'avancement des actions menées par Thanaka, laissez votre email ! ! !

Gaïkhur années après années

En 2002, Thanaka ouvre son premier centre d’accueil à Gaïkhur, petit village de montagne de la région de Gorkha, région sévèrement touchée par la guerilla maoïste.

Une douzaine d’enfants sont accueillis dans le centre où deux personnes sont employées pour s’occuper d’eux à temps complet.

 La naissance du projet

Dès l’an 2000, la belle bâtisse coloniale de Gaïkhur est utilisée pour des activités socio-culturelles. Un premier projet est conjointement supervisé par un dénommé Mickael, membre d’une association américaine, l’association Citta, et Sunil, un ami népalais dont la famille est propriétaire de la demeure.
Objectif : la réinsertion d’une quinzaine de femme, le plus souvent seules avec des enfants. Elles y pratiquent alors des activités de tissage traditionnel, broderie, tricotage. Les pièces de tissus sont ensuite revendues aux USA.

En 2001, l’association CITTA, qui gère le projet de réinsertion, engage la restauration de la maison.

A l’été 2002, quelques événements politiques - les rebelles maoïstes prennent le contrôle de la région - poussent l’association Citta à transférer ses activités sur Katmandou. Les femmes qui élaborent les étoffes pour cette association suivent et la maison se trouve à nouveau abandonnée.

Dans le même temps, François Szlapka, fondateur de l’association Thanaka, rencontre au cours d’un nouveau voyage au Népal son ami Sunil qui lui fait part de la situation... Ce dernier avait toujours souhaité monter un orphelinat dans cette maison, la maison d’à côté comme il se plait à l’appeler. François Szlapka saisit l’opportunité et propose à Sunil de monter avec lui un centre d’accueil pour jeunes enfants en difficultés.

Dès septembre 2002, Sunil, le plus à même d’évaluer le besoins, choisit des enfants pouvant être pris en charge dans ce centre. A l’ouverture, six enfants sont pris en charge et commencent à y recevoir une éducation à la vie.

 Courant 2005

Onze enfants ont pris possession des lieux. Ganesh a quitté le centre pour un autre travail au Qatar. Thuli Kanchhi et Madhu s’occupent désormais à deux des enfants et s’investissent de plus en plus. Elles les encadrent parfaitement. Ganesh ne semble donc pas devoir être remplacé.

Des investissements sur l’équipement du centre ont été gérés et réalisés par Anne-Sophie Morisset, alors sur place.

Au nombre de onze, les enfants sont un peu à l’étroit dans la maison. Sunil a donc donné son accord pour que le premier étage de la maison puisse désormais être occupé.

Etant donné le peu de loisirs et d’ouverture dont disposent les enfants et les personnes qui s’en occupent, un poste de télévision a été acheté (il sert d’ailleurs à tout le village !!!).

 Courant 2006

Hari, du haut de ses 14 ans a quitté le centre. Il atteignait ses 14 ans et devenait un jeune homme en capacité de travailler et donc de devenir un soutien pour sa famille. Il sera peut-être envisageable dans les années à venir d’investir Hari comme personne ressource dans le centre.
Il étudiait en effet très bien et prenait un peu le rôle de "l’homme fort" avant son départ.

Le centre compte désormais dix enfants.

Cette année, l’association a équipé le centre de quatre meubles de rangement et financé l’installation d’un système Biogaz. Ce système consiste à récupérer les gaz de fermentation (déchets végétaux, déjections,...) pour alimenter un réchaud en cuisine et éviter ainsi de ramasser du bois pour préparer les repas. Cet investissement apparaissait nécessaire pour alléger d’une part le travail de Thuli Kanchi et Madhu et d’autre part pour des raisons écologiques évidentes.

 Courant 2007

Quelques circonstances malheureuses ont joué en la défaveur des membres français de l’association qui n’ont pu se rendre à Gaïkhur. Prithivi et Dhana Lama ont pu se rendre sur place dans le cours de l’année pour acheminer vêtements et médicaments et s’assurer du bon fonctionnement du centre.

Quelques rapides news :

  • deux nouveaux enfants ont été accueillis, Sunil et Promot ;
  • la vache que Thanaka avait achetée pour le centre a mis bas, permettant ainsi aux enfants de bénéficier à nouveau de lait frais ;
  • Thuli Kanchi et Madhu étaient ravies du don que l’association leur a fait pour les remercier de l’excellent travail d’éducation qu’elles réalisent.

 Courant 2008

Le suivi de ce centre se révèle plus difficile que celui de Bhaktapur en raison de l’éloignement géographique, des grèves de transport, de la pénurie d’essence, sans parler des périodes de mousson.

Quelques membres s’y sont rendu ponctuellement et Sunil, bien que peu disponible, a assurer la liaison tout au long de l’année. La situation des enfants est bonne, sans problème de santé ou autres.

Des investissements ont été faits en matériel (achat de couvertures, taies d’oreiller ainsi que des uniformes pour l’école) et des vêtements ont été achetés pour la fête de Tihar (octobre) comme le veut la tradition népalaise.

 Courant 2009

JPEG

Les enfants se sont énormément assagis. Ils deviennent aussi bien plus studieux. Prithivi avait demandé à Rajan, un étudiant, de séjourner sur place une douzaine de jours pour effectuer un soutien scolaire. Le résultat semble efficace. En revanche, le niveau scolaire reste celui d’une école gouvernementale de village et le niveau d’anglais est très faible. Helena, une des plus grandes des filles, est celle qui a le plus changé. Elle communique beaucoup, c’est une vraie petite maitresse de maison.

Prithivi avait apporté quelques conseils d’aménagement de la maison, grandement appréciables. L’espace a été un peu réorganisé et surtout les filles occupent maitenant une chambre à part, au premier étage.

Les dames s’occupent très bien des enfants. Récemment Tuli Kanthi craignait des problèmes cadiaques. Elle s’est rendue à Katmandou pour passer quelques examens médicaux. Thanaka lui en a fourni les moyens financiers.
Ce fut pour elle l’occasion de venir dormir à Bhaktapur. Les relations entre Tuli Kanthi, avec Prithivi et Surya sont excellentes. Tuli Kanthi semble avoir été très étonnée par les enfants de centre, sa visite semble lui avoir apporté beaucoup.

Une des grandes nouveautés, c’est que les enfants se mettent à écrire aux enfants de Bhaktapur. Prithivi rêvent des mettre un jour en relation les enfants des deux centres ; soit par une visite à Gaikhur soit par une expédition communue à Pokhara.

Côté pratique,
Une machine à coudre a été achetée pour Tuli Kanthi, ainsi que de la vaisselle en alu, des jarres à eau, des sacs d’école ... Il y a quelques semaines Prithivi avait déjà équipé les enfants en sandales, en pulls, en gants et avait constitué une petite bibliothèque.

 Courant 2010

PNG

Début 2010, Prithivi a envoyé Suresh, un jeune étudiant, séjourner douze jours dans le centre de Gaïkhur pour donner un peu de soutien scolaire aux enfants.

Richard y est monté en février avec Dhana et Prithivi (à voir : son témoignage en vidéo).

En cours d’année, Sunil, le propriétaire de la maison, a demandé à Prithivi d’assurer la gestion du centre. C’est ce dernier qui s’y rend le plus souvent et donc le plus à même de répondre aux besoins.

Quelques achats ont été effectués : des sarees pour les dames, une petite collection de livres, des jeux, des vêtements, du tissu, des sandales.
La machine à coudre a été réparée. La petite lampe solaire achetée il y a deux ans est défectueuse et devra être changé. Un téléphone portable a été fourni pour rompre un peu l’isolement de Gaïkhur et favoriser la communication avec Prithivi.

Thanaka s’engagera financièrement pour la poursuite d’études des deux plus grands, Alina et Rashmi qui seront en classe 10 l’année prochaine.

Prithivi a reccueilli, fin 2010, de nombreux mots en provenance des enfants de Gaïkhur (à lire : le "mot des enfants de Gaikhur")


Publié le 26 juin 2008, mis à jour le 9 avril 2011 , par Eric Cuziat


Partager cette page

Références et liens

  • Citta

    L’asso­cia­tion (amé­ri­caine) gère plu­sieurs pro­jets sur le Népal et l’Inde entre autres. Thanaka doit (...)
  • Garuda

    L’asso­cia­tion Garuda mène prin­ci­pa­le­ment deux acti­vi­tés. Tout d’abord, elle par­ti­cipe à (...)
  • MeroNepali : dictionnaire Français - Népalais

    Le Premier, Seul et Unique Dictionnaire Franco-Népali Online Sonore Interactif et Gratuit ! The (...)
  • S.O.S. Enfants

    SOS Enfants est une asso­cia­tion huma­ni­taire qui offre une aide à l’enfance dans le monde. (...)

Dernière manifestation

Recherche
Connexion
Liste de diffusion
Devenir membre du site

Vous inscrire sur ce site

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous. Vous recevrez à cette adresse un courrier de confirmation d’inscription et un lien. Ce lien vous permettra de sélectionner les listes de diffusion publiées ici.

Liste de diffusion :

Contact

Contacter l'association

Association Thanaka
20B Grande Rue
21380 - Messigny et Vantoux
 

Contacter un membre contributeur


Dans la presse

5/12/2014
L’asso­cia­tion Thanaka ­or­ga­nise samedi et diman­che, une expo­si­tion-vente de pro­duits d’arti­sa­nat asia­ti­que au profit de ses actions pour les jeunes (...)
24/05/2014
Basée à Messigny-et-Vantoux, l’asso­cia­tion Thanaka a orga­nisé une expo­si­tion-vente d’objets arti­sa­naux en pro­ve­nance du Népal. Les sommes récol­tées (...)
24/11/2012
L’expo­si­tion-vente d’arti­sa­nat asia­ti­que orga­ni­sée par l’asso­cia­tion Thanaka - qui mène des pro­jets de coo­pé­ra­tion en faveur des pays en voie de (...)

Pages 1 | 2 | 3 | 4

Association Thanaka - 20B Grande Rue - 21380 - Messigny et Vantoux
 -  RSS 2.0 - Mentions légales et crédits
Ce document est issu du site Internet de l'association Thanaka : http://www.thanaka.org.
Les droits de reproduction sont réservés.