:: aperçu :: Jigmey - le soutien de son projet professionnel

L’association Thanaka a parrainé jusqu’à la mi-2006 un jeune tibétain, Jigmey, qui s’est enfui de son pays en juin 1999.

Par son intermédiare, Thanaka a financé l’édition et la distribution d’un journal écrit en tibétain à destination des exilés tibétains d’Inde, du Népal et du Bouthan.

La vocation principale de ce projet était de préserver et de promouvoir la culture tibétaine.

Pour se tenir informé de l'état d'avancement des actions menées par Thanaka, laissez votre email ! ! !

Quand Jigmey souhaite lancer une "gazette"

Ce texte est issu d’un message de Patricia Bassen, partie à la rencontre de Jigmey, touchée par son dynamisme et désireuse de l’aider dans son projet.

Chers tous de Thanaka,

Je tiens effectivement à vous parler de Jigmey, de ses rêves, son projet.

Pour les nouveaux membres, je précise que Jigmey est un jeune réfugié tibétain exilé en Inde du Nord. Il a été parrainé par Thanaka pendant quelques temps ce qui lui à permis de suivre une formation en informatique plus poussée.

Depuis l’été dernier, si je ne me trompe, il a décidé de stopper l’aide reçu par Thanaka. Il voulait commencer à être autonome pour se donner une consistance sans doute.

Jigmey m’a toujours dit qu’il voulait aider son peuple, que c’était très important pour les Tibétains de sauvegarder leur culture. Longuement, il m’a parlé de l’oppression chinoise...

"Comme le Dalaï-Lama, j’ai souffert, donc, je comprends mieux les besoins et peux mieux aider", m’avait-il dit.

A l’époque je ne savais pas vraiment de quelle manière il pourrait être utile. Depuis quelques mois, il a trouvé le bon procédé pour participer à la préservation de la culture tibétaine et je suis très fière de lui.

JPEG

Jigmey travaille depuis six mois sur un projet de "journaux pour enfants" (newsletters) distribués dans les écoles de réfugiés tibétains. Il pense que les enfants qui arrivent du Tibet ont une mauvaise idée de leur culture originelle du fait de la propagande chinoise. Au Tibet, dans les écoles, seulement 2 heures de cours par semaine sont enseignés en tibétain. La majorité des enfants tibétains quittent l’école très tôt ne pouvant suivre les cours en chinois.

Dans les écoles de réfugiés tibétains, les enfants ont des cours de tibétains, d’anglais etc... mais pas de cours d’histoire !

Son journal est, pour l’instant, distribué dans toutes les écoles de réfugiés tibétains en Inde. Il aimerait envoyer le journal à tous les enfants en exil, que ce soit en Inde ou même au Népal.

Depuis six mois, Jigmey se démène pour trouver les financements, dans les monastères, les réfugiés eux-même, avec les dons de certains étrangers de passage. C’est une quête de tous les instants. Certains mois, il a du mal à boucler le budget, mais il ne se décourage pas et travaille consciencieusement à la rédaction de ces journaux.

Il y a quelques semaine Jigmey m’a avoué que c’était difficile de ce concentrer sur le contenu des journaux parce qu’il est toujours en train de courir à droite et à gauche pour trouver l’argent nécessaire pour imprimer et distribuer. Pour le moment, je sais que Jigmey gagne très peu d’argent avec son activité mais pour lui, ça ne semble pas très important ! J’imagine que son jeune frère moine doit l’aider aussi.

Apparemment, deux ou trois autres tibétains font partie de son équipe mais certains ont été découragés par l’ampleur de la tâche du fait que l’activité n’est pas lucrative. Heureusement, sur place, il connaît des personnes anglophones pour l’aider à rédiger les articles en anglais.

JPEG

Ci-joint, je vous mets une photo du dernier journal que j’ai reçu.

Pas facile de traduire le tibétain, j’en conviens, mais sur l’ensemble du journal, on comprend bien de quoi ça parle. Et puis, il y a aussi des articles en anglais.

Bien sûr, son plus beau rêve est de retourner un jour dans son pays pour y perpétuer l’âme du Tibet éternel et venir en aide aux plus malchanceux mais en attendant...

Son projet de "newsletters" me touche beaucoup et je pense sincèrement qu’il mérite d’être soutenu. Je crois vraiment en Jigmey et en son intégrité.

Sachant que Jigmey a voulu lancer son projet par ses propres moyens depuis six mois sans rien demander à Thanaka avant ce jour, je pense que c’est une bonne preuve de son honnêteté.

De mon côté, je ne cesse de parler de la cause tibétaine. Par mes expositions, c’est aussi mon ambition. A ce jour, mes photos ne sont pas très lucratives mais je reste optimiste et je ne baisserai pas les bras, ça c’est certain. Impossible pour moi de fermer les yeux ou de rester silencieuse. Pour moi aussi, l’important n’est pas le succès ou l’opulence, l’important est ailleurs.

Alors, je continue d’aider Jigmey du mieux possible mais malheureusement je ne peux pas m’engager sur une aide financière régulière, mon porte-billets étant incertain !

Depuis ma visite en novembre 2002, je n’ai cessé de suivre les pas de Jigmey. Mon passage à Dharamsala a laissé quelques traces indélébiles dans mon cœur. J’ai compris des choses qui m’étaient impossible avant ! Sans vraiment savoir pourquoi, j’ai toujours senti qu’une partie de moi venait des hauts plateaux himalayen...

Voilà donc ma requête : L’association Thanaka peut-elle parrainer quelques mois le projet de Jigmey ?

Jigmey a besoin d’une aide financière jusqu’à la fin de l’année. Il est sûr que l’année prochaine ce sera un vrai succès. Il vient de recevoir une lettre du gouvernement tibétain disant qu’ils apprécient beaucoup la newsletter. Ils ne veulent pas l’aider la première année mais si le projet est viable jusqu’à la fin de cette année, il est sûr que le gouvernement l’aidera ensuite.

Jigmey est à l’origine de ce projet. Jusqu’à ce jour, il n’existait pas de journaux pour enfants.

En pièce jointe, vous trouverez le détail des frais de parutions.

Si, comme moi, vous souhaitez défendre la cause tibétaine, merci de vous manifester.

Allez, j’y crois, j’y crois. Et puis... 150 euros /mois, c’est pas le Pérou... non, c’est le Tibet éternel.

Patricia, chasseuse d’images et de sourires.


L’association Thanaka, après concertation a décidé d’allouer à Jigmey un budget de 500 euros

Extrait

... nous avons évoqué longuement Jigmey et retransmis des propos déjà échangés avec les membres de Thanaka de Dijon. Toutes les positions concordent. Notre humble avis rejoint le vôtre. Nous aimerions aider Jigmey pour un certain temps. En revanche le chiffre avancé de 150 euros par mois paraît vraiment très conséquent, ramené au niveau de vie du pays. Il faudrait aussi s’engager pour une seule période déterminée. En définitive, nous aimerions lui avancer une somme forfaitaire globale de 500 euros pour la fin de l’année ; qu’il gérerait à sa guise. J’ai toujours également pensé qu’il fallait une forme de contrat moral et exiger un retour vis à vis du bailleur de fonds que nous sommes. Notre énergie donne des résultats qui confortent notre situation financière et pourtant il ne faut pas se transformer en une "simple vache à lait". On pourrait au moins, demander à Jigmey de nous envoyer chaque exemplaire publié et pourquoi pas de citer Thanaka comme sponsor dans chacune de ses lettres. Il pourrait aussi nous traduire ses lettres de diffusion en anglais (sachant qu’il nous est aussi très facile d’en contrôler le contenu par l’intermédiaire d’autres tibétains rencontrés au hasard de nos pérégrinations népalaises). Ces quelques contraintes me paraissent déjà un minimum.
François Szlapka


Pièces jointes



Publié le 1er août 2004, mis à jour le 27 juin 2008


Dernière manifestation

Recherche
Connexion
Liste de diffusion
Devenir membre du site

Vous inscrire sur ce site

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous. Vous recevrez à cette adresse un courrier de confirmation d’inscription et un lien. Ce lien vous permettra de sélectionner les listes de diffusion publiées ici.

Liste de diffusion :

Contact

Contacter l'association

Association Thanaka
20B Grande Rue
21380 - Messigny et Vantoux
 

Contacter un membre contributeur


Dans la presse

5/12/2014
L’asso­cia­tion Thanaka ­or­ga­nise samedi et diman­che, une expo­si­tion-vente de pro­duits d’arti­sa­nat asia­ti­que au profit de ses actions pour les jeunes (...)
24/05/2014
Basée à Messigny-et-Vantoux, l’asso­cia­tion Thanaka a orga­nisé une expo­si­tion-vente d’objets arti­sa­naux en pro­ve­nance du Népal. Les sommes récol­tées (...)
24/11/2012
L’expo­si­tion-vente d’arti­sa­nat asia­ti­que orga­ni­sée par l’asso­cia­tion Thanaka - qui mène des pro­jets de coo­pé­ra­tion en faveur des pays en voie de (...)

Pages 1 | 2 | 3 | 4

Association Thanaka - 20B Grande Rue - 21380 - Messigny et Vantoux
 -  RSS 2.0 - Mentions légales et crédits
Ce document est issu du site Internet de l'association Thanaka : http://www.thanaka.org.
Les droits de reproduction sont réservés.