/ Association THANAKA / Projets de l’association / Jigmey - le soutien de son projet professionnel / L’aventure du journal à caractère pédagogique de Jigmey (...)
:: aperçu :: Jigmey - le soutien de son projet professionnel

L’association Thanaka a parrainé jusqu’à la mi-2006 un jeune tibétain, Jigmey, qui s’est enfui de son pays en juin 1999.

Par son intermédiare, Thanaka a financé l’édition et la distribution d’un journal écrit en tibétain à destination des exilés tibétains d’Inde, du Népal et du Bouthan.

La vocation principale de ce projet était de préserver et de promouvoir la culture tibétaine.

Pour se tenir informé de l'état d'avancement des actions menées par Thanaka, laissez votre email ! ! !

L’aventure du journal à caractère pédagogique de Jigmey continue...

En finançant il y a quelques années ses études en informatique, l’association accordait déjà toute sa confiance à ce jeune exilé tibétain talentueux et soucieux de préserver sa culture.

Durant le second semestre 2004, en soutenant financièrement la parution de son journal à caractère pédagogique, « Le trésor des enfants tibétains en exil », l’association renouvelait sa confiance. Caractérisé par une touchante humilité et un souhait d’indépendance, Jigmey laissait entendre à fin 2004 que le gouvernement tibétain, exilé à Dharamsala, appréciant sa « newsletter », apporterait sa contribution à sa parution pour l’année 2005 et que l’association pourrait cesser de l’aider matériellement. Faute de cette contribution financière complémentaire, l’association souhaite continuer l’aventure aux côtés de Jigmey. Son journal apporte entière satisfaction. L’accroissement des volumes publiés en est la manifestation.

Récemment, Jigmey a dû subir une intervention chirurgicale. Son prompt rétablissement comble les membres de l’association.

Quelques commentaires issus d’une interview de Jigmey sur son journal

  • Objet du journal : préserver la culture et l’histoire tibétaine.
    Qu’ils soient au Tibet ou exilés dans un pays limitrophe, les tibétains souffrent d’une perte d’identité. C’est de ce constat qu’a germé l’idée de concevoir un journal.
    Le système éducatif chinois ne permet pas de préserver « l’âme du Tibet ». De fait, il cherche même à l’annihiler. Dans les écoles, les cours sont pour la plupart dispensés en chinois, l’histoire n’est pas enseignée,... Comme le dit Patricia Bassen dans son multimédia « Zanskar, petit Tibet », les vagues d’immigration chinoises sont telles au Tibet, qu’elles font des Tibétains une minorité dans leurs propres pays. Pourvu d’un système éducatif inadapté, beaucoup de Tibétains, comme Jigmey se contraignent à l’exil.
    Mais l’exil n’apporte qu’une solution partielle. Génération après génération, « beaucoup d’enfants tibétains sont attirés par la mode occidentale et délaissent leur propre identité sans s’en préoccuper ». Pour Jigmey, la langue est le principal tuteur de l’identité - « la langue est l’âme du peuple ».
    De ce constat, avec quelques amis, il s’est lancé en 2004 dans la parution d’un journal mensuel : « Le Trésor des enfants tibétains en exil ».
  • Conception et cible.
    A vocation pédagogique, ce journal se destine aux écoles de réfugiés tibétains. « Les enfants eux-mêmes contribuent à la plupart des articles ». Le niveau est ainsi pleinement adapté à ce public juvénile.
    C’est un des premiers journaux bilingues, co-écrits en tibétain (quatre pages) et en anglais (deux pages). Ainsi les enfants qui ne comprennent pas l’anglais peuvent apprendre beaucoup de choses dans la partie tibétaine ; outre le fait que le journal présente de nombreux articles sur le Tibet et ses traditions, il favorise également la tradition et la culture occidentale. « Comme nous croyons que les enfants sont les graines de notre nation, nous pensons que lorsque les enfants en bénéficient et s’améliorent, un futur brillant est en train de voir le jour ».

Ils en parlent

Il y a quelques jours, Jigmey nous annonçait que son opération s’était bien passée, qu’il était fatigué mais qu’il allait bien cependant.
Bon rétablissement, Jigmey La !!
Deux jours avant de rentrer à l’hôpital, Jigmey me disait encore combien il était heureux que Thanaka ait pris en charge le coût de cette opération - et combien il était désolé de cette "dépense" supplémentaire pour notre petite association. Mais, quand la santé de quelqu’un est en jeu, il n’y a pas à réfléchir, il faut agir. Simplement agir.
C’est étrange, j’ai l’impression de bien le connaître, ce jeune Tibétain que Thanaka a pris sous son aile. Pourtant, je ne le connais qu’à travers les mails que nous échangeons, depuis que notre petite association est entrée dans la vie de Jigmey.

C’est en 2002 que François rencontre Jigmey à Dharamsala en Inde. Immédiatement touchés par sa sincérité, par sa volonté d’apprendre, par sa détermination, nous décidons de donner un coup de pouce à Jigmey en lui offrant des cours d’informatique dans un premier temps, suivis par des cours d’anglais. Ce qui lui permit d’obtenir ensuite un emploi dans un journal. Première étape dans la vie professionnelle de ce jeune Tibétain nouvellement exilé.

L’idée de Jigmey de créer un journal pour les enfants Tibétains en exil nous séduit. Nous voulons alors le soutenir dans cette nouvelle démarche, dans cette approche de la sauvegarde de la culture tibétaine. Les enfants représentent l’avenir du Tibet, l’ultime espoir, et Jigmey se bat pour qu’ils n’oublient jamais leur histoire douloureuse, qu’ils n’oublient jamais ce qui fait la richesse de leur culture - leur différence - leur langue maternelle. Il donne toute son énergie, tout son coeur, pour que malgré l’exil forcé, les enfants se souviennent de leur origine. Pour qu’ils connaissent un pays - leur propre pays - qu’ils ne peuvent imaginer qu’à travers les livres, qu’à travers les dires des plus vieux, ceux qui ont souffert là-bas, dans ce pays qu’ils ont dû abandonner. Dans ce journal, Jigmey donne aussi la parole aux enfants puisqu’ils participent activement à la rédaction de plusieurs articles.
Nous croyons beaucoup en ce projet et dès sa création, Thanaka participe au financement du journal, versant à Jigmey une somme mensuelle suffisante pour couvrir à la fois les frais de publication du journal, et pour aider Jigmey dans son quotidien. Par l’intermédiaire de Michel Lagarde qui a rencontré notre jeune Tibétain en février dernier, Thanaka lui a offert un appareil photos numérique, ce qui sera pour lui un plus pour la conception de ce journal. Régulièrement, Jigmey nous envoie un exemplaire de son mensuel, et nous nous félicitons du succès grandissant qu’il remporte à la fois auprès des enfants et de la communauté Tibétaine en Inde et au Népal. Jigmey croit beaucoup en cette publication, et nous croyons beaucoup en Jigmey. Sa détermination à préserver sa culture fait chaud au coeur, il y met toute son énergie, tout son amour, toute son âme.
Continue, Jigmey La, il faut y croire...

Pascale Villaume


Publié le 10 avril 2005, mis à jour le 27 juin 2008


Dernière manifestation

Recherche
Connexion
Liste de diffusion
Devenir membre du site

Vous inscrire sur ce site

Entrez votre adresse email dans le champ ci-dessous. Vous recevrez à cette adresse un courrier de confirmation d’inscription et un lien. Ce lien vous permettra de sélectionner les listes de diffusion publiées ici.

Liste de diffusion :

Contact

Contacter l'association

Association Thanaka
20B Grande Rue
21380 - Messigny et Vantoux
 

Contacter un membre contributeur


Dans la presse

5/12/2014
L’asso­cia­tion Thanaka ­or­ga­nise samedi et diman­che, une expo­si­tion-vente de pro­duits d’arti­sa­nat asia­ti­que au profit de ses actions pour les jeunes (...)
24/05/2014
Basée à Messigny-et-Vantoux, l’asso­cia­tion Thanaka a orga­nisé une expo­si­tion-vente d’objets arti­sa­naux en pro­ve­nance du Népal. Les sommes récol­tées (...)
24/11/2012
L’expo­si­tion-vente d’arti­sa­nat asia­ti­que orga­ni­sée par l’asso­cia­tion Thanaka - qui mène des pro­jets de coo­pé­ra­tion en faveur des pays en voie de (...)

Pages 1 | 2 | 3 | 4

Association Thanaka - 20B Grande Rue - 21380 - Messigny et Vantoux
 -  RSS 2.0 - Mentions légales et crédits
Ce document est issu du site Internet de l'association Thanaka : http://www.thanaka.org.
Les droits de reproduction sont réservés.